qui suis-je ?

TERRIFIQUE, PORTRAITS DE GENS ET DE CRÉATURES CONDUCTEURS D’UNE CERTAINE FORME DE RÉSISTANCE

La seule idée qui m’évite de plonger (et de me noyer ?) dans les prévisions noires qui dessinent le futur proche de la terre et des hommes, la seule branche à laquelle il me paraît naturel et réjouissant de s’accrocher est celle-ci : il existe, dans tous les recoins de notre planète, des hommes et des femmes dont l’imagination, la créativité et le désintéressement ravivent l’espérance et forcent l’admiration.

Terrifique_intro_portraitsDes gens, parias ou doux dingues des Facultés mais parfois simples mortels sans grades, qui par leur inventivité, leur énergie et leur obstination changent le cours de la recherche ou de la vie de leur quartier, de leur ville, de leur continent avec une modestie qui paraît ringarde ou sentimentale tellement elle n’est plus sensée avoir cours !

terrifique_intro_extremophiles

Il y a aussi sur cette terre, que l’on détruit chaque jour davantage et qu’on laisse détruire par fatalisme, ignorance ou déni, des créatures fabuleuses dont les pouvoirs nous paraissent encore mystérieux mais qui portent peut-être les ferments de découvertes capitales pour rosir ce fichu avenir sombre et moche : algues, organismes pluricellulaires, extrêmophiles, végétaux… connus ou encore inconnus, ils recèlent des talents invraisemblables que les hommes pourraient un jour exploiter pour mieux vivre.

Terrifique tente de parler de ces gens et de ces créatures, dont la créativité ou les superpouvoirs sont une forme de résistance à la passivité et l’irresponsabilité des états, au cynisme morbide des multinationales, une claque à la monétarisation du vivant et de la vie. Et paf, je m’énerve… donc je laisse la parole à Michel. Michel ?

« Il y a des moments dans la vie où la question de savoir si on peut penser autrement qu’on ne pense et percevoir autrement qu’on ne voit est indispensable pour continuer à regarder et à réfléchir. » Michel Foucault (Usage des plaisirs).